Traitement des duplications

Traiter les contenus dupliqués pour traduire plus efficacement et à moindre coût

 

(K) » Nos solutions » Solutions d’optimisation » Traitement des duplications

Tous les jours, les entreprises publient de nombreuses informations dupliquées ou similaires qui génèrent des volumes de texte conséquents et affectent les coûts et les délais de traduction. Équipés d’outils spécialisés, les traducteurs professionnels savent traiter ces volumes importants et prendre en compte les répétitions exactes de phrases ou de blocs de texte similaires. Toutefois, les outils existants ne permettent pas de détecter d’autres types de correspondances pourtant fréquentes dans le texte d’origine

L’optimisation des contenus vise à améliorer l’efficacité des outils pour mieux maîtriser les coûts et la qualité des traductions.

i

D'où viennent les contenus dupliqués

La création d’un document commence souvent par la reprise d’un contenu existant qui est retouché, corrigé et complété pour s’appliquer à un nouveau contexte ou s’intégrer à un support différent.

Cette pratique permet de générer rapidement de nouveaux documents qui restent parfaitement cohérents avec ceux déjà publiés.

Pour chacun de ses produits ou services, l’entreprise dispose alors d’une gamme complète de ressources, dont certaines parties sont spécifiques à un sujet, alors que d’autres sont communes ou très similaires.

La multiplication des supports (brochures PDF, présentations, pages Web, applis mobiles, etc.) participe également à la profusion de contenus répliqués ou quasiment identiques. Dans ce cas, le contenu dupliqué est souvent légèrement modifié pour s’adapter à chaque support (changement de format, code, illustrations, etc.).

 

r

Pourquoi est-ce un problème ?

Qu’il soit calculé au motà la pageau caractère ou à la ligne, le coût de base d’une traduction est toujours lié à la quantité de texte que le traducteur va devoir traiter.

Lorsqu’un nouveau document est traduit, son contenu est comptabilisé en intégralité, même lorsqu’il ne contient qu’une partie minime d’informations nouvelles ou spécifiques.

Les duplications provenant de contenus déjà traduits dans un autre document doivent être identifiées pour ne pas être retraduites, afin de limiter les coûts et de prévenir tout risque d’erreur ou d’incohérence avec les versions existantes.

Les outils existants : la TAO

Depuis plus de 20 ans, les services de traduction professionnels ont recours à la technologie de Traduction Assistée par Ordinateur (TAO), qui regroupe l’ensemble des outils d’aide à la traduction.

Ces systèmes reposent généralement sur des mémoires de traduction (MT), qui sont des bases de données stockant l’ensemble des traductions déjà effectuées pour le compte d’un client.

Pendant une traduction, le système analyse chaque nouvelle phrase à traduire et, si cette phrase ou une phrase similaire a déjà été traduite dans le passé, il propose instantanément au traducteur la traduction déjà utilisée.

Les outils à mémoire de traduction ne doivent pas être confondus avec les services de traduction automatique (machine translation) où un logiciel génère des phrases traduites selon un algorithme prédéfini. Nous limitons actuellement l’usage de ces outils à quelques situations très spécifiques. Alors qu’une vraie traduction doit pouvoir être publiée sans ambiguïtés, une traduction automatique est envisageable lorsque la qualité n’est pas primordiale et que le coût et la vitesse sont les seuls facteurs à prendre en compte.

Nous considérons cette procédure comme une aide à la compréhension destinée à un lecteur averti qui saura identifier les erreurs de traduction et comprendre la raison d’incohérences éventuelles.

Répétitions et correspondances parfaites

La TAO est très efficace pour des phrases répétées qui génèrent des correspondances parfaites avec la mémoire de traduction. Ces répétitions sont traitées rapidement et de manière uniforme. En pratique, un même texte « source » rencontré dans plusieurs documents sera traduit à l’identique pour assurer une parfaite cohérence entre les documents traduits.

Le traducteur devra tout de même s’assurer que la traduction proposée par la mémoire est correcte dans son nouveau contexte. En effet, une même phrase source pourra légitimement avoir plusieurs traductions, par exemple pour accorder un sujet masculin/féminin ou singulier/pluriel.

Similarités et correspondances partielles

Pour détecter des contenus en partie identiques et suggérer des propositions pertinentes, les mémoires de traduction s’appuient sur un système d’identification de  « correspondances partielles ».

Des phrases déjà traduites et dont le contenu est proche sont proposées au traducteur, et l’outil de TAO affiche le taux de correspondance, c’est-à-dire le degré de similitude avec la nouvelle phrase à traiter. Le traducteur peut reprendre la traduction proposée et l’adapter au nouveau contexte, tout en veillant à conserver un style homogène entre les documents.

Le traitement des correspondances partielles nécessite une bonne maîtrise de la langue pour distinguer les nuances entre plusieurs propositions.

Les limites de la TAO et des mémoires de traduction

Les outils de TAO offrent aux traducteurs une excellente efficacité, mais ils ne savent pas encore traiter tous les types de différences entre les textes à traduire.

Bien que déjà très intelligent, leur algorithme ne détecte pas certaines similitudes qu’un traducteur humain peut immédiatement  identifier et adapter sans effort.

Qu’est-ce que l’optimisation des contenus ?

L’optimisation des contenus consiste à traiter les documents avant leur traduction, afin d’anticiper et de contourner les limitations actuelles des outils de TAO.

Une analyse attentive des textes à traduire permet d’identifier rapidement les similitudes qui ne seront pas détectées par les outils de TAO et d’optimiser les documents pour bénéficier d’un traitement innovant.

Outre des gains d’efficacité pour les traducteurs et une réduction significative des coûts, l’optimisation de contenus assure des traductions plus cohérentes et une conformité facilitée avec les exigences du contrôle qualité.

L’optimisation peut également détecter des erreurs et des incohérences dans le texte source, pour les corriger le cas échéant.

Objectif :

Traduire moins, mais mieux.

L’optimisation de contenus par Kevrenn : un service tout compris… ou à la carte

nuage optimisationEn plus de 20 ans d’expérience avec les systèmes TAO, Kevrenn a conçu et développé des solutions uniques pour optimiser vos projets de traduction.

Ces solutions s’adaptent à tous les types de documents pour identifier automatiquement les similarités non détectables par les outils de TAO existants et simplifier la gestion de vos traductions, tout en abaissant leurs coûts.

L’optimisation est particulièrement efficace pour les projets contenant des éléments communs ou évolutifs (catalogues, brochures, plaquettes pour différentes gammes de produits ou documents sujets à des mises à jour régulières).

Nous appliquons systématiquement ces solutions aux projets de traduction qui nous sont confiés. Mais vous pouvez également en profiter pour optimiser vos projets avant d’effectuer vos traductions en interne ou les confier à des prestataires externes avec qui vous travaillez depuis de nombreuses années.

N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir plus d’informations sur nos solutions d’optimisation ou demander une démonstration.

Are you looking for a partner for your language projects?  Ask for a free quote  >